Sélectionner une page

L’Unité de Vente Consommateur (UVC) : c’est l’unité du produit ou sale unit. C’est le conditionnement élémentaire d’un article destiné au consommateur.

Explication de l’unité de vente consommateur

Pour comprendre une UVC, il faut d’abord saisir le sens de l’emballage. Il existe trois types d’emballage, même si le troisième est rarement vu par le consommateur.

L’emballage primaire est la première couche de contenant en contact direct avec le produit. Il peut s’agir d’une bouteille de vin ou le pot d’un yaourt. Ce premier type d’emballage est aussi appelé le conditionnement. Il sert à protéger le produit mais également à servir de support pour l’étiquetage des produits et l’information des consommateurs.

Il y a ensuite l’emballage secondaire. Il recouvre le conditionnement sur certains produits, comme la boîte qui couvre le papier aluminium de la tablette de chocolat. En plus de son rôle de renfort de protection, cet emballage sert à regrouper les produits en unité d’achat. C’est-à-dire que c’est dans ce format que le consommateur va se servir dans les rayons des magasins. C’est l’UVC (Unité de Vente Consommateur) ou Sale Unit en anglais.

Enfin, l’emballage tertiaire. C’est plutôt un emballage de manutention ou emballage d’expédition qui sert à transporter une grande quantité de produits de l’usine ou de l’entrepôt vers un point de vente. Il n’est plus question d’UVC mais d’unités de manutention ou d’unités de livraison.

Selon la stratégie marketing du vendeur, l’UVC peut être à l’unité comme une bouteille d’eau minérale que vous allez acheter ou par pack comme 06 bouteilles d’eau achetées ensemble et reliées par un film thermo rétractable.

En grande distribution, aux rayons viandes, les morceaux de viande qui sont des produits préemballés par les bouchers représentent l’UVCM. Le M indique que la viande a été préparée sur place, contrairement à l’UVCI. I signifiant ici Industrielle.

A quoi l’UVC peut-elle servir ?

utilisation UVC

L’UVC sert essentiellement à quantifier le nombre d’articles tels qu’ils sont mis à la disposition du consommateur. Selon la créativité du fabricant, l’UVC peut être personnalisable pour gagner la fidélité des consommateurs.

L’UVC a aussi le rôle d’un support pour l’identification d’un produit. Elle porte la dénomination de vente de ce dernier. Des unités de mesure figurent sur l’emballage d’un article pour renseigner le consommateur de façon explicite sur les spécifications du produit comme les valeurs nutritionnelles des produits alimentaires par exemple. Grâce à l’UVC, une identification par codes-barres linéaires, par code Data Matrix ou par code QR est également possible sur le produit. Cette identification doit être lisible par tous les scanners de caisse à lecteurs optiques de grande ou de petite consommation. Elle atteste l’authenticité du produit et oblige le commerçant à observer la politique d’exactitude de prix. Celui-ci doit afficher le prix du produit toutes taxes comprises (TTC).

Le réflexe de tout consommateur avant d’acheter est de se renseigner sur la date de péremption. L’étiquetage des denrées alimentaires doit inclure ces mentions obligatoires, selon le règlement européen. Leur application est rigoureusement contrôlée par la DGCCRF ou Direction Générale de la Concurrence. Que ce soit sur une étiquette ou directement sur le contenant, la date limite de consommation ou les dates de péremption doivent être lisibles et éviter d’induire le consommateur en erreur. Enfin, une autre information très importante également sur l’UVC : la mention du lot de fabrication. Cette indication sert à faire des recherches de traçabilité et remonter la chaîne logistique du produit.

L’UVC peut servir de paquet d’expédition pour des envois en petite quantité, ce qui est particulièrement adapté à la vente à distance.

Etant donné que l’UVC est la quantité de produit minimale achetable par le client, elle est conditionnée et optimisée en fonction des consommateurs ciblés pour éviter le gaspillage.